Cette histoire a pour paysage le Nord… 
 
On y naît, on y grandit, on s’envole pour mieux y revenir.
 
C’est aux franges du Nord que Marie-Pierre naît le 20 juin 1980, à Hirson, dans l’Aisne.
Eugène est né le 3 décembre 1980, au Cateau-Cambrésis, dans le Nord.
 
 
La passion d’Eugène se révèle à 13 ans : il découvre le monde de la restauration chez son oncle Erick qui possède un restaurant traditionnel près de Valenciennes. Son oncle lui fait découvrir de nombreuses tables du Nord et l’initie à ces plaisirs. Cela  motive l’adolescent pour des études d’hôtellerie-restauration menées au lycée Jessé-de-Forest d’Avesnes-sur-Helpe. Le restaurant de son oncle sera aussi un terrain d’expérimentation, tout particulièrement pour les pâtisseries. Le jeune homme s’exerce dans la cuisine, il réalise Forêts Noires et Fraisiers avec application et persévérance, soucieux des critiques toujours généreuses de son oncle. Très tôt, il cherche à créer un produit parfait, quitte à y passer beaucoup de temps.
 
Marie-Pierre grandit à Vervins, dans l'Aisne, dans une famille où l’attention pour la table est essentielle : son père est boucher-charcutier, sa mère, cuisinière. Contre leur volonté, parce qu’ils savent combien ces métiers sont envahissants, elle parvient à se faire inscrire au lycée Jessé-de-Forest d’Avesnes-sur-Helpe. Marie-Pierre flambera à loisir pêches et cerises pour ses gourmands de frère et sœur, affinant ainsi toutes ses techniques de salle. Le soin apporté à la table sera dès son plus jeune âge une vraie occupation. Un petit bouquet de fleurs de Thiérache, une corbeille à pain d’osier tressé, un verre choisi avec soin : le souci de l’harmonie discrète.
 
En 1997, Marie-Pierre et Eugène se rencontrent et partagent déjà de nombreuses passions. 
Eugène obtient son baccalauréat et, pour approfondir sa maîtrise des desserts, il continue en mention complémentaire de pâtisserie, ce qui lui permettra d’effectuer des stages au Sanglier des Ardennes, à Durbuy-sur-Ourthe, près de Liège en Belgique.
Marie-Pierre continue ses études jusqu’à l’obtention du BTS, avec un stage marquant à La Table des Blot, à Dampierre-en-Yvelines, avec pour chef, Christophe Blot, étoilé. 


En Belgique

En 2000, Marie-Pierre et Eugène partent tous deux travailler au Sanglier des Ardennes, restaurant gastronomique appartenant à la famille Cardinael. Dès le début, Frédéric Cardinael, le propriétaire, les encourage dans leur vocation. Ils y travaillent au côté du chef Alain Grandvaux qui les enrichit de son expérience et leur fait découvrir à travers une vaste bibliothèque spécialisée en art culinaire, le monde des restaurants étoilés. Eugène fait alors quelques stages de perfectionnement dans des maisons belges : le Sea Grill avec Yves Mattagne, deux étoiles, et Chez     Bruneau avec Jean - Pierre Bruneau, trois étoiles.                                                                                                                                
                                                                     


Chez Jacques et Régis Marcon
Et les étoiles attirent Eugène : Alain Grandvaux lui fait découvrir Régis Marcon à travers un article paru dans l’Hôtellerie. Eugène acquiert l’ouvrage du chef de Saint-Bonnet-le-Froid, et se passionne pour cette cuisine. Pourquoi ne pas faire partie de la brigade de Régis Marcon ? En 2003, Eugène part donc rencontrer ce chef, à l’Auberge du Clos des Cimes. Immédiatement recruté, il présente Marie-Pierre à Régis Marcon, qui, charmé par le sourire enjôleur de la jeune thiérachienne, embauche le couple pour trois riches saisons. Marie-Pierre profitera alors de la présence toujours bienveillante de Michèle Marcon et de leur fidèle François Lofficial. Les expériences sont alors particulièrement variées : Marie-Pierre et Eugène rencontrent de nombreux chefs, célèbrent la Légion d’honneur de Régis Marcon, participent à la saison qui sera couronnée d’une Troisième Etoile au guide Michelin. Ils travaillent aussi avec le chef Eric Pras, aujourd’hui chef de la Maison Lameloise, puis aux côtés de Jacques Marcon, dans le restaurant désormais appelé Jacques et Régis Marcon. Eugène s’investit tout particulièrement auprès de son ami Serge Vieira, quand ce dernier concourt au Bocuse d’Or 2005. Récompensé, Serge le surnommera « l’homme de l’ombre ». C’est à cette période aussi qu’Eugène contribue à un ouvrage de conseils prodigués aux compétiteurs des grands concours culinaires, Défi Gourmand, concours de cuisine, secrets de chefs, aux éditions Glénat, 2006.

 



La Maison Decoret
 
C’est aussi chez Régis Marcon qu’ils font de belles rencontres, dont Martine et Jacques Decoret. La cuisine du chef vichyssois fascine Marie-Pierre et Eugène par sa technicité qui les surprend.  En 2006, ils quittent la montagne du Haut Pays du Velay pour s’installer à Vichy, et travaillent au restaurant Jacques Decoret avec une étoile au guide Michelin. Eugène sera son second de cuisine et Marie-Pierre épaulera Martine en salle pendant cinq années. Jacques Decoret, MOF 1997, leur apprend la rigueur et l’exigence. Il fait participer Eugène à deux reprises aux concours du Championnat de France de dessert. En 2009, dans le concours du Nério’s d’or où l’on se présente en binôme, Eugène et son ami Yann Satin, rencontré au lycée Jessé-de-Forest d’Avesnes-sur-Helpe et primé Meilleur sommelier belge, sortent vainqueur.
 
Ces années passées en Auvergne seront ponctuées de nombreux séjours dans le Nord, pour retrouver la famille si chère à Marie-Pierre et Eugène, mais aussi pour découvrir les belles tables de leur région natale.
 
Le couple se marie en 2008 et participe au déménagement du restaurant Jacques Decoret en Maison Decoret. Alors qu’ils suivent toute la réalisation des travaux, ils prennent conscience qu’ils souhaiteraient ouvrir leur restaurant, mais pas de doute, ce sera dans le Nord.  Avant cela, naît leur fils Paul.
 
 
                   


A Cassel
Moulin de Cassel ; Haut bonheur de la table

En  2013, ils ouvrent le Haut Bonheur de la Table. Leur projet est de proposer une cuisine riche de leur parcours. Le défi est de créer une table en harmonie avec leurs personnes : des produits du pays, travaillés avec cœur, le souci d’aller à la rencontre des clients et le bonheur de faire plaisir autour de leur table. 

Février 2014, nous sommes sélectionnés par le fameux guide Michelin qui nous attribue "deux fourchettes".

Février 2016, en plus des deux fourchettes, le guide Michelin nous a attribué l'assiette Michelin.
 
Cette histoire a pour paysage Cassel.
Haut le défi ! Eugène cuisine du bonheur, Marie-Pierre l’accompagne à la table.


Une nouvelle étoile brille sur le mont Cassel : l'édition du Michelin 2017 nous a gratifié de cette belle récompense.
C'est un nouveau départ, assurément, mais rien ne change !

Eugène est lauréat du concours talent gourmand des Haut de France.

Juillet 2017... nous vous annonçons la naissance de notre petit Martin, le bonheur de notre famille !